La France et la Blackface- Serge Bilé

La France et la Blackface- Serge Bilé

18.60

Auteur : Serge Bilé
Edition : Editions Kofiba
ISBN : 978-2-91686-86-84
Catégories : , ,
000

A PARAITRE – DISPONIBLE A COMPTER DU 1ER AOUT 2020 ( nous contacter pour plus d’informations, plutonmagazine@gmail.com)

En 1525, François Ier est emprisonné à Madrid, après sa défaite à Pavie. Le roi de France cherche à s’évader. Pour tromper la vigilance des gardiens, il décide de se barbouiller le visage de suie et de se faire passer pour l’esclave noir qui entretient la cheminée.

En 1658, Louis XIV se produit dans le Ballet d’Alcidiane au palais du Louvre. Il incarne un prince de… Mauritanie. Quitte à interpréter un Africain, autant viser haut. Le roi est accompagné d’une suite mauresque, composée de son frère, de marquis et duchesses.

En 1809, Napoléon Ier participe à un divertissement chez un ministre italien. L’empereur surprend son hôte et son entourage. Il est « déguisé en nègre » et marche devant le quadrille, en soufflant gaiement dans une sorte de trompe.

Ce livre fourmille d’anecdotes, plus étonnantes les unes que les autres. Il revisite l’histoire de France, à travers la suie, en remontant à la source du grimage, pratiqué dès le Moyen-Âge par le peuple, les princes et les rois.

Siècle après siècle, la tradition se pervertit : l’envie de s’amuser en se noircissant le visage et le corps fait place à l’envie de se moquer des Noirs, stigmatisés pour leur couleur, chosifiés par l’esclavage, ridiculisés au théâtre.

En 1830, le vaudeville français n’a rien à envier aux minstrel shows américains, qui plébiscitent le blackface, c’est-à-dire le fait pour un acteur blanc de se peindre le visage pour caricaturer les Afro-américains, présentés comme débiles, hilares et paresseux.

Si l’histoire du grimage en noir en France est sensiblement différente de celle du blackface aux États-Unis, les deux pratiques se rejoignent sur scène et plus tard au cinéma.

C’est en expliquant les ressorts de cet usage, qui défraie régulièrement l’actualité, c’est en faisant de la pédagogie, en suscitant une prise de conscience, qu’on réussira peut-être à le faire disparaitre.

Avis(0)

Il n'y a pas encore d'avis.

Ajouter un avis

Être le premier à donner son avis “La France et la Blackface- Serge Bilé”